skip to Main Content
  • English
  • Deutsch
  • Italiano

#NosBreastStories 7 : l’association SKIN, une rencontre humaine et artistique pour se reconstruire après le cancer

SE PRÉMUNIR, VIVRE OU ACCOMPAGNER

Régulièrement, Predilife met en avant des femmes, des hommes, des associations qui œuvrent au quotidien pour permettre aux patientes atteintes d’un cancer du sein et à leurs proches, de se reconstruire, à la fois sur le plan physique et psychologique.

Aujourd’hui, nous souhaitons vous présenter l’association Skin.

Fondée en 2012 par Cécile Reboul, l’association Skin se sert de l’art, et plus globalement de la création, pour permettre aux femmes et aux hommes en rémission d’un cancer de se reconstruire et d’apprendre à connaître leur nouveau « eux ». En effet, l’annonce du diagnostic, les traitements plus ou moins intrusifs, les conséquences physiques et psychologiques de la lutte quotidienne contre un cancer changent à la fois le corps et l’esprit.

Une fois en rémission, une nouvelle étape s’ouvre pour les patients : reconquérir ce corps, accepter cette rémission mais aussi les doutes et les peurs qui peuvent l’accompagner, se retrouver en phase avec sa nouvelle philosophie de vie, se recentrer sur ses valeurs, s’autoriser à se sentir mal malgré la rémission. Ce dernier point est particulièrement important dans l’expérience de vie que propose Skin à ses adhérents. Faire taire le sentiment de culpabilité qui peut apparaître lorsqu’on ne sent pas bien dans sa tête et dans son corps alors qu’on est en vie et qu’on a gagné la bataille médicale contre le cancer.

L’association Skin est alors présente pour aider les hommes et les femmes à accueillir et accepter ce sentiment de mal-être, une étape nécessaire pour renaître et se réapproprier son nouveau corps et son nouveau mental. Cela passe par une rencontre avec un artiste et un travail en commun sur une année pour accompagner le patient dans ce retour à soi.

Du parcours de soin au parcours de soi

Сecile Reboul, Fondatrice & présidente de Skin. Crédit Photo : Skin

Cette formule utilisée par Cécile Reboul lors de notre rencontre résume la philosophie qui anime l’association et sa fondatrice. Cette dernière s’est servie de son expérience personnelle pour apporter une réponse aux femmes et aux hommes qui se trouvent aujourd’hui dans la même situation, au lendemain de son combat contre le cancer du sein.

L’origine de l’association Skin

La fin des traitements est généralement suivie d’une période intense où l’on veut de nouveau profiter de tout ce qui faisait le sel de notre vie d’avant. Mais rapidement, l’isolement et les doutes arrivent. Cela peut même être assez violent. On passe d’une situation où la patiente était l’objet de toutes les attentions, à la fois des médecins et de ses proches, à un sentiment d’abandon doublé d’une certaine incompréhension face à ce nouveau corps qu’on peut avoir du mal à se réapproprier et face à ce mal-être psychologique, incompréhension qui peut rapidement se transformer en culpabilité.

Cécile Reboul a trouvé les clés pour se reconstruire par l’art, et plus précisément dans sa rencontre avec une photographe, qui l’a accompagnée pendant 18 mois afin de réaliser des photos qui devaient illustrer des billets d’humeur que Cécile rédigeait. De cette collaboration, sont ressorties quelques épreuves qui, mises bout à bout, se passaient des textes et exprimaient tout le parcours de Cécile Reboul. Elles étaient le résultat d’un véritable travail thérapeutique qui reposait sur le lien à l’autre comme révélateur de soi. C’est dans cette optique qu’est née l’association Skin afin de permettre à des femmes et à des hommes de vivre cette même expérience.

Pourquoi Skin ?

Le choix du nom Skin, peau en français, est révélateur des ambitions de cette association. La peau est le plus grand organe du corps humain. C’est aussi lui qui se régénère le plus vite. Il se présente comme une barrière extérieure et protectrice capable de se reconstruire elle-même.  C’est toute cette symbolique qui anime l’association Skin. Pour vivre et accepter cette nouvelle vie après le cancer, il faut faire le deuil de l’ancienne et accepter que plus rien ne sera comme avant. L’association s’inscrit dans une démarche d’accompagnement à la cicatrisation à la fois physique et émotionnelle pour les personnes en rémission d’un cancer.

Une rencontre humaine et artistique au cœur du processus de reconstruction après le cancer

Alors que beaucoup d’associations qui œuvrent pour accompagner les patients dans la vie après le cancer se concentrent sur le retour à l’emploi et à la vie sociale, Skin intervient à une étape intermédiaire et essentielle pour aborder la vie d’après sereinement : le retour à soi. Cela passe, en l’espèce, par la rencontre avec un artiste et une collaboration d’une année qui va aboutir à une sorte de renaissance et de révélation de son parcours aux autres.

Une démarche en 3 temps pour se reconstruire après un cancer

La rencontre entre la patiente (ou le patient) et l’artiste est un moment clé. Pour que celui-ci soit une réussite sur le plan humain, l’association prend le temps de connaître les aspirations de l’adhérent(e) afin de composer un binôme qui ira au-delà de la simple collaboration artistique. Le projet qui va les lier n’est pas limité aux arts traditionnels. C’est l’activité créatrice qui est ici au service de la reconstruction des patients. Celle-ci peut se matérialiser au travers de photographies, de peintures, de spectacles mais aussi de créations culinaires, de parfums ou encore de chorégraphies.

Finalement, quel que soit le média, plus qu’une collaboration artistique, c’est une véritable rencontre humaine qui va se nouer au sein de ce binôme. Une rencontre dans laquelle chaque membre va puiser une énergie. En effet, cette relation n’est pas unilatérale. Elle se concrétise dans le partage. D’un côté, l’artiste va reconnaître le droit à la personne en rémission de ne pas aller bien, ce qui va lui permettre d’entrer dans une phase de déculpabilisation. Puis au fil de l’avancée de la collaboration, elle va pouvoir se projeter et sortir de son isolement. De l’autre côté, l’artiste va se nourrir de l’expérience de vie que va lui transmettre ce binôme. C’est un véritable travail à 4 mains qui se met en place pendant une année, premier temps essentiel de la démarche entreprise.

Le second temps s’ouvre sur le partage aux autres. Il se matérialise par une exposition, un spectacle ou tout autre événement public au cours duquel le binôme dévoile le résultat de son travail. C’est une étape essentielle car les proches de la patiente sont présents. En découvrant la création, ils vont également découvrir le parcours post-cancer de cette personne qu’ils ont accompagnée pendant la maladie et comprendre toutes les étapes qu’elle a dû franchir après l’annonce de la rémission.

Dans un troisième temps, des photographies des œuvres réalisées par les binômes sont exposées dans des hôpitaux. Elles servent de support pour instaurer un dialogue avec les femmes et les hommes qui se battent actuellement contre la maladie et leur montrer qu’une belle vie les attend après. C’est une sorte de passage de relai qui clôt avec bienveillance ce parcours de retour vers soi.

Les autres activités proposées par l’association Skin

Chaque binôme bénéficie d’un suivi personnalisé par les membres de l’association Skin. Cela demande beaucoup de temps et d’investissement pour les bénévoles, surtout que ce sont 25 binômes qui sont formés chaque année.

Pour accompagner un plus grand nombre de personnes autour des 4 piliers qui fondent l’action de l’association Skin, à savoir le plaisir, le temps, le lien à l’autre et la créativité, d’autres activités sont proposées, telles que des sorties au théâtre, des visites de musées, des participations à des événements sportifs comme le Rallye des amazones, des sauts en parachute, des ateliers d’écriture, etc.

Back To Top